L’éthique du Karaté

funakoshi Le karaté-do est un art martial noble.

Ceux qui s’enorgueillissent de casser des planches et de briser des briques, ou ceux qui affirment être capables d’exploits aussi invraisemblables que d’arracher des morceaux de chair ou d’extraire les côtes de leurs adversaires, ne connaissent absolument rien au karaté. Ils jouent dans les branches et le feuillage d’un grand arbre sans avoir la moindre idée de ce que recèle le tronc. »

Gichin Funakoshi ( karaté-do Nyumon )

« Comme la surface polie du miroir qui réfléchit tout ce qui se trouve devant lui et de même qu’une vallée tranquille qui répercute même les faibles sons, l’élève du karaté doit évacuer de son esprit toute forme d’égocentrisme et de méchanceté afin de se concentrer pour réagir de la bonne façon à tout ce qu’il peut rencontrer sur son chemin. »
Gichin Funakoshi ( karaté-do Nyumon )

CODE MORAL

L’HONNEUR : MEIYO

C’est la qualité essentielle. Nul ne peut se prétendre Budoka (Guerrier au sens noble du terme) s’il n’a pas une conduite honorable. Du sens de l’honneur découlent toutes les autres vertus. Il exige le respect du code moral et la poursuite d’un idéal, de manière à toujours avoir un comportement digne et respectable. Il conditionne notre attitude et notre manière d’être vis-à-vis des autres.

LA FIDELITE : CHUJITSU

Il n’y a pas d’honneur sans fidélité et loyauté à l’égard de certains idéaux et de ceux qui les partagent. La fidélité symbolise la nécessité incontournable de tenir ses promesses et remplir ses engagements.

LA SINCERITE : SEIJITSU ou MAKOTO

Le mensonge ou l’équivoque engendrent la suspicion qui est la source de toutes désunions. Lors du salut du karateka, vous exprimez cette sincérité.

LE COURAGE : YUUKI ou YUUKAN

La force de l’âme qui fait braver le danger et la souffrance s’appelle le courage. Ce courage qui nous pousse à faire respecter, en toutes circonstances, ce qui nous paraît juste, et qui nous permet, malgré nos peurs et nos craintes, d’affronter toutes les épreuves. La bravoure, l’ardeur et surtout la volonté sont les supports de ce courage.

LA BONTE ET LA BIENVEILLANCE : SHINSETSU

La bonté et la bienveillance sont des marques de courage qui dénotent une haute humanité. Elles nous poussent à l’entraide, à être attentif à notre prochain et à notre environnement, à être respectueux de la vie.

LA MODESTIE ET L’HUMILITE: KEN

La bonté et la bienveillance ne peuvent s’exprimer sincèrement sans modération dans l’appréciation de soi-même. Savoir être humble, exempt d’orgueil et de vanité, sans faux-semblant, est le seul garant de la modestie.

LA DROITURE : TADASHI ou SEI

C’est suivre la ligne du devoir et ne jamais s’en écarter. Loyauté, honnêteté et sincérité sont les piliers de cette droiture. Elle nous permet de prendre sans aucune faiblesse une décision juste et raisonnable.

LE RESPECT : SONCHOO

La droiture engendre le respect à l’égard des autres et de la part des autres. La politesse est l’expression de ce respect dû à autrui quelles que soient ses qualités, ses faiblesses ou sa position sociale. Savoir traiter les personnes et les choses avec déférence et respecter le sacré est le premier devoir d’un Budoka, car cela lui permet d’éviter de nombreuses querelles et conflits.

LE CONTROLE DE SOI : SEIGYO

Cela doit être la qualité essentielle de toute ceinture noire. Il représente la possibilité de maîtriser nos sentiments, nos émotions et de contrôler notre instinct. C’est l’un des principaux objectifs de la pratique du Karaté – Do, car il conditionne toute notre efficacité. Le code d’honneur et de la morale traditionnelle enseignée dans le Karaté – Do est basé sur l’acquisition de cette maîtrise.

L’art martial est donc surtout une voie initiatique qui transforme l’homme en tant qu’homme au fil des années. Pour cela l’art martial ne nécessite pas une qualité physique particulière, la seule qualité qu’il faille c’est la persévérance.

Tout pratiquant est guidé par ce code d’honneur et de morale traditionnelle.

Tout Karatéka se doit de respecter ce code au dojo, mais également dans sa vie quotidienne

à l’école, au travail, en famille, …

avec  ses amis comme avec ses ennemis…

Pour les aider à suivre ce code, au KCL on enseigne aux élèves la règle des 3 « R »

1 – Respect de soi

2 -Respect des autres

3 – Responsabilité de ses actes

Ce contenu a été publié dans Karate. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *