Progression du Karatéka

La progression idéale telle que l’enseignait Taiji Kase

kase1

« Avec cinq ans de pratique, on obtient la ceinture noire. Les techniques de base sont mémorisées, c’est le « baccalauréat ».

Après dix ans, on a de bonnes bases techniques. C’est à ce niveau seulement que l’on peut prétendre commencer à enseigner régulièrement.

En quinze ans, on a eu le temps de former parfaitement le corps et les techniques viennent spontanément. L’esprit s’éveille. C’est le niveau 4ème dan.

Avec vingt ans, au niveau 5ème dan, c’est la compréhension du karaté qui s’approfondit. Le mental, toujours en éveil s’élève à la dimension du physique. A partir de ce temps de pratique, on ne change plus de voie, le destin est tracé. Trente ans… Avec une pratique régulière, c’est le temps de l’accomplissement : le corps exprime la pensée naturellement, en parfaite harmonie.

Plus tard, vers quarante années de pratique, aux alentours du 8ème dan, une certaine forme de sensibilité spirituelle, télépathique, se développe. A ce niveau, c’est l’esprit qui progresse…

Pendant tout ce parcours, la réflexion, la remise en question intérieure accompagnent le travail physique. Pratique et réflexion ne doivent pas être séparées.

Dans les premières années, la mentalité est primitive, l’opposition agressive. En évoluant, on comprend que la pratique du karaté-do, ce n’est pas de tuer l’autre, mais de l’aider à progresser à son tour dans la voie. L’adversaire devient partenaire… »

« L’important est de progresser, chacun à son rythme, par rapport à soi et non pas par rapport aux autres. Nous savons que rien n’est acquis définitivement et qu’il convient de ne jamais perdre ni humilité ni patience. »  – Taiji Kase

Ce contenu a été publié dans Karate. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *